SYLVIE PINSONNEAULT

Sylvie Pinsonneault / crédit photo : Pierre Bédard
Sylvie Pinsonneault / crédit photo : Pierre Bédard

BIO ET APPROCHE
Née à Montréal, Sylvie Pinsonneault achète sa première caméra reflex à l’âge de 18 ans. Pendant des années, elle développe ses photographies en chambre noire, fascinée par la photographie noir et blanc. Photographe autodidacte passionnée depuis plus de quarante ans, le passage au numérique, comme un nouvel amour, avive une ferveur et mousse le désir de faire rayonner son travail. Attirée par les arts visuels elle rehausse ses photographies et s’adonne à la collagraphie et autres techniques d’impression. Artiste du détail et de l’abstraction, ses œuvres ont été présentées au Québec, en Europe, en Asie, en Australie et à New York. L’artiste scrute l’intimité de la nature et de la matière à la recherche d’une beauté fugitive. Convertie aux limites de l’abstraction, l’image transgresse le processus intellectuel et brise la perception première. Apparaît alors ce que l’œil n’avait pas vu, une ligne d’eau, un reflet éphémère qui s’éloigne, l’équilibre des espaces où la lumière affleure dans un mouvement passager.

Sylvie Pinsonneault utilise l’appareil photo comme d’autres prennent la parole. Sa signature visuelle est soutenue par un affect articulé, elle énonce, suggère et émeut.

NOTE D’INTENTION
Lieu de chuchotements, de rituels intimes et de souvenance. Lieu d’intériorité, de pleurs, de peur et de colère. Lieu où la mémoire laisse une empreinte perceptible. Le cimetière impose le respect.

Les photographies, captées dans les cimetières du Haut Saint-François, illustrent comment la mémoire peut s’exercer en demi-teintes, en couleurs désaturées, par des images sans âge. Des surimpressions soulignent l’imaginaire auquel l’esprit se réfère parfois quand il s’agit de se rappeler.

À l’instar du documentaire, la réalité apparaît comme le temps l’a construite avec ses strates de sédimentation dans la pierre, ses artéfacts, la végétation et l’intervention humaine. Des traces, parfois grossières, souvent sombres ou discrètes. Mots, dates, âges, autant de données gravées sur la pierre, souvenirs intimes devenus publics.

Je suis partie vers un ailleurs, à la recherche du passage du temps et de la vie, fidèle à l’honnêteté du propos et des sentiments. J’ai voulu énoncer, suggérer et émouvoir. Installer une atmosphère de recueillement. Et créer un dialogue entre les images, entre mémoire et souvenirs.

www.spinsonneault.ca 📫 info@spinsonneault.ca

Sylvie Pinsonneault / Sylvain Dodier
Sylvie Pinsonneault / Sylvain Dodier